Comment apprécier une tapisserie ?

Pas toujours facile, pour le visiteur du XXIe siècle, d’apprécier les tapisseries accrochées dans les châteaux et musées : trop grandes pour être embrassées d’un seul regard, peu éclairées pour des raisons de conservation, présentant des sujets complexes et rendues parfois ternes par des couleurs défraîchies… 

Nous vous livrons quelques clés pour apprécier les tapisseries que vous ne manquerez pas de rencontrer dans vos visites de nos monuments. Que faut-il regarder ? Comment déchiffrer la scène qui se joue ? Comment apprécier l’œuvre d’art ? 

Savoir dater une tapisserie 

Avez-vous devant les yeux une tapisserie médiévale ou bien du XVIIe siècle ?

Si les figures se détachent sur un fond parsemé de fleurs comme dans la Dame à la Licorne, vous êtes probablement devant une tapisserie tissée autour de 1500, c’est à dire à la fin du Moyen Âge.

Si la scène présente de très nombreux personnages, un peu tassés, dans un cadre qui vous évoque l’architecture gothique, là encore, vous êtes en présence d’une tapisserie de la fin de la période médiévale. 

La composition est beaucoup plus aérée, les mouvements des personnages plus amples ? Il s’agit probablement d’une tapisserie renaissance ou du XVIIe siècle !

Les costumes portés par les personnages peuvent vous fournir un bon indice pour situer la tapisserie dans le temps.

La bordure est aussi révélatrice de la date à laquelle la tapisserie a été exécutée : si elle est large et précieuse et qu’elle évoque un lourd cadre de tableau, la pièce que vous admirez date probablement du XVIIe siècle. Si la bordure est plus importante que la scène narrative, il s’agit vraisemblablement d’une tapisserie dite « à alentours », typique du XVIIIe siècle. 

 
  

Dorothée Don Quichotte

La Dorothée, Pièce de la tenture de l’Histoire de Don Quichotte, aux armes des Machaut d’Amouville, tapisserie d’après Coypel, manufacture des Gobelins. Réserves du Centre des monuments nationaux.
Photo : David Bordes / Centre des monuments nationaux

 

Comprendre l’histoire

En général, les tapisseries racontent quelque chose : un récit mythologique, religieux ou encore un événement célèbre. Il est rare qu’une seule scène suffise à narrer toute l’histoire, aussi les tapisseries appartiennent souvent à un ensemble, appelé tenture historiée et composé de plusieurs pièces

 
  

Les tapisseries du Palais du Tau à Reims

Salle du Couronnement de la Vierge au Palais du Tau où est en partie exposée la tenture de la Vie de la Vierge, qui comporte 17 tapisseries.
Photo : David Bordes / Centre des monuments nationaux

 

Pour comprendre l’histoire représentée sur une tapisserie, il faut souvent regarder autour de soi : y a-t-il d’autres tapisseries sur lesquelles on retrouve les mêmes personnages ? Malheureusement, beaucoup de tentures ont été dispersées et sont aujourd’hui incomplètes, mais les cartels qui accompagnent les œuvres peuvent vous aider à décrypter l’histoire malgré les manques. 

 

Apprécier la qualité d’une tapisserie

Abîmées par une trop longue exposition à la lumière, les tapisseries que nous rencontrons dans les musées ont depuis longtemps perdu leurs couleurs originelles et il est parfois difficile d’apprécier leur qualité esthétique. Prêter attention à la finesse du tissage, à la délicatesse des figures, à la richesse et  des éléments décoratifs et à la qualité des matériaux permet souvent de déterminer si l’on fait face à une production d’une exceptionnelle exécution ou à une tapisserie plus courante. 

 
  

Tenture de l'Ancien Testament d'après Vouet

Détail de la tapisserie La fille de Jephté, tenture de l’Ancien Testament, tissée d’après Simon Vouet par la manufacture du faubourg Saint-Marcel, Paris, milieu XVIIe siècle. Château de Chateaudun.
Photo : David Bordes / Centre des monuments nationaux

 

En regardant le cartel, vous découvrirez peut-être le nom du peintre qui a dessiné le modèle ou le carton, voire le nom de l’atelier qui a exécuté la tapisserie. Il ne faut jamais perdre de vue qu’un modèle apprécié a pu être tissé à plusieurs reprises sur une longue période, en étant parfois actualisé à la mode du temps. 

Armé de ces quelques clés, il ne vous reste plus qu’à aller tester vos connaissances sur la tapisserie en visitant le Palais du Tau à Reims, le château de Cadillac ou le château de Châteaudun !