La Restauration des tapisseries

Autrefois appréciées pour leur solidité et leur maniabilité, les tapisseries ont parfois beaucoup souffert du passage du temps. Mais comment restaurer une tapisserie sans la dégrader ? 

 

Trop longtemps exposées à la lumière, certaines tapisseries ont perdu leur éclat d’origine et leurs couleurs ont passé. Découpées, elles ont parfois perdu leurs bordures, quand des souris ne se sont pas elles-mêmes chargées de ces destructions. D’autres tentures ont été ruinées par l’œuvre des insectes, notamment les mites. Enfin, des pans entiers de l’histoire de la tapisserie ont disparu à la Révolution, lorsque des tentures tissées de fils d’or et d’argent ont été brûlées pour en récupérer les précieux matériaux.

Comment assurer la conservation des tapisseries qui nous sont parvenues ?
Et surtout, comment les transmettre aux générations futures ? 

Si la dégradation des couleurs est irréversible, le nettoyage et le dépoussiérage d’une tapisserie permettent souvent de retrouver un peu de l’éclat des teintures en désencrassant les fils. C’est l’opération préalable à tous travaux de restauration sur une tapisserie. Le dépoussiérage est effectué avec des aspirateurs spécialement conçus pour cet usage, tandis que le nettoyage est réalisé dans des bains avec des aérosols adaptés.  

 

Dépoussiérage d'une tapisserie

Dépoussiérage d'une tapisserie du château de Châteaudun.

 

Une tapisserie ancienne souffre souvent de problème de tensions : à force d’être suspendues, des déchirures sont apparues, la trame s’est déformée sous son propre poids. Pour soulager la tapisserie, le restaurateur va la doubler à l’aide d’un tissu plus fort qui supportera l’œuvre : ce tissu est cousu sur les fils de chaîne et doit pouvoir être retiré sans endommager la tapisserie originale.

 

Poste de travail d'une restauratrice

Poste de travail d'une restauratrice. 

 

Trous et déchirures sont également réparés par le restaurateur : à l’aide d’une aiguille, il vient reconstituer le fil de chaîne ou le fil de trame trop usé. C’est ce qu’on appelle la rentraiture. Les zones les plus fragiles sont consolidées par adjonction de morceaux de tissus qui soulage la partie endommagée des tractions.  

De la même façon, le restaurateur peut recoudre les relais, c’est-à-dire les zones de raccord entre deux trames de couleurs différentes.  

 

Restauration de la tenture de Tancrède et Clorinde au château de Châteaudun (4min54).

 

En général, les interventions des restaurateurs visent uniquement à stopper les dégradations plutôt qu’à reconstituer l’état originel de l’œuvre : c’est l’authenticité et le caractère historique de l’œuvre qui prime.  

S’il est nécessaire de dépoussiérer régulièrement les tapisseries et parfois de les restaurer, c’est surtout en assurant de bonnes conditions de conservation que l’on œuvre à leur pérennité. C’est pourquoi les tapisseries sont souvent exposées dans des pièces à l’abri de la lumière et parfois un peu froides : température stable et limitation de l’exposition au soleil sont deux conditions essentielles pour transmettre ces œuvres du passé aux générations futures !