Lexique

Découvrez les mots autour de l'univers de la tapisserie et devenez imbattables ! 

1. NAVETTE est un dérivé ancien de nef, employé par analogie de forme, d’après l’étymon latin navis « vaisseau » et suffixe diminutif –ette.
Le mot désigne un élément du métier à tisser formé d’une pièce (de bois, d’os, de métal) pointue aux extrémités et renfermant une bobine, portant le fil de trame, qui se déplace en un mouvement alternatif. 
Au figuré, l’expression faire la navette exprime l’idée de parcourir un trajet déterminé, en un va-et-vient régulier, comme la navette du tisserand. 
Dans une machine à coudre, il s’agit de la pièce de métal qui contient la canette. Par métonymie, le mot s’est appliqué à un véhicule ou un service de transport en commun, puis à un engin spatial.

 «  Il faisait la navette entre Londres et Vienne, et il entretenait un ménage aux deux bouts de la ligne, comme un garçon de sleeping (…) » (Martin du Gard, les Thibault)

  

2. FAIRE TAPISSERIE s’emploie pour « rester, assis ou debout, inoccupé, le long du mur», et, spécialement, dans un bal, « ne pas être invitée à danser pour une femme ».

« Un comptoir immense partage en deux la salle, et sept ou huit chiffonnières, habituées de l'endroit, font tapisserie sur un banc opposé au comptoir. » (Nerval, les Nuits d'octobre)
  

Scène champêtre aux armes et devise de Rigaud d'Aureille, détail

Scène champêtre aux armes et devise de Rigaud d'Aureille, détail, château de Villeneuve-Lembron 
Photo : David Bordes / Centre des monuments nationaux

  

3. Une BORDURE, nom féminin, de bord, terme maritime,  est ce qui garnit, occupe le bord d’une chose en l’ornant ou la renforçant. Bordure d’un chapeau, d’un vêtement, d’une tapisserie, et spécialement en blason, de l’écu.

  

4. VERDURE est issu de verd, du latin veridis « vert ». Une tapisserie de verdure (ou à verdures), est ornée d'un décor de verdure, d'un paysage où dominent les tons verts (par opposition aux tapisseries à personnages). Par élision, une verdure.

« Une de ces tapisseries de Flandre appelées «  verdures  » garnissait les murailles. (…) Celle-ci était usée, élimée, passée de ton; les lés décousus faisaient cent hiatus et ne tenaient plus que par quelques fils et la force de l'habitude. Les arbres décolorés étaient jaunes d'un côté et bleus de l'autre. » (Th. Gautier, le Capitaine Fracasse)
  

Verdure aux armes de l'abbaye de Cluny

Verdure aux armes de l'abbaye de Cluny
Photo : David Bordes / Centre des monuments nationaux

  

5. Le composé Tapisserie à MILLE FLEURS, et, absolt, mille fleurs, représente une  «  verdure du XVe siècle semée de fleurettes  » (Réau). Mille fleurs (millefiori), se dit aussi d'une verrerie vénitienne en mosaïque.
  

Penthésilée, détail de la reine

Penthésilée, détail de la reine. Fragment d'une pièce d'une tenture représentant les Neuf Preuses. Château d'Angers.
Photo : Bernard Renoux / Centre des monuments nationaux

  

6. Une MANUFACTURE, du latin médiéval manufactura  « action de faire à la main », est un établissement industriel de tradition, où la qualité de la main-d'œuvre est primordiale. Manufacture de porcelaine de Sèvres, de tapisseries des Gobelins.
D'après certains auteurs manufacture ne désignerait que les grands établissements industriels des XVIIe et XVIIIe siècles, où le travail s'effectuait à la main, au moins en partie.

« La manufacture a déjà tous les caractères de l'entreprise moderne au point de vue économique (…) mais, au point de vue technique, elle n'a pas encore son caractère type qui est le machinisme. En effet, comme le nom le dit, la manufacture, c'est le travail à la main. Pourtant, elle emploie déjà des machines (…) mais ces machines sont mues uniquement par la force de l'homme (…) à la fin du XVIIIe siècle, la force motrice apparaît sous la forme de machine à vapeur et la manufacture devient la fabrique. » (Charles GIDE, Cours d'économie politique)
   

Atelier de tapisserie à Aubusson vers 1900

Vue des Ateliers de Tapisserie, La manufacture de Tapis et de Tapisseries R. et L. Hamot, Aubusson, Creuse. Carte postale, début XXe siècle, Archives départementales de la Creuse, fonds Gerbaud, 169J67

  

7. PORTIÈRE, de porte, se dit pour une tenture, un rideau qui ferme l’ouverture d’une porte, ou en couvre le panneau.

« (…) dans la grande chaleur des salons d'alors, fermés de portières, et desquels ce que les romanciers mondains de l'époque trouvaient à dire de plus élégant, c'est qu'ils étaient douillettement capitonnés. » (Proust, À la recherche du temps perdu)

« À travers les portières de tapisserie, filtre un murmure de voix. » (G. Duhamel, Salavin)

  

7 bis. Un ENTRE-FENÊTRE : c’est la partie d'un mur qui sépare deux fenêtres. Des entre-fenêtres.

« Il s'était approché du rayonnage, chargé de livres et de brochures, qui occupait l'entre-fenêtre. » (Martin du Gard, les Thibault)

C’est aussi la décoration supportée par cette partie de mur.

  

8.  Une MARQUE, déverbal de marquer, est un signe matériel, une empreinte que l’on met intentionnellement sur un objet pour le distinguer, le rendre reconnaissable, en indiquer la propriété.
MONOGRAMME, de mono- « seul » et gramma « lettre », désigne un chiffre composé de la lettre initiale ou de la réunion de plusieurs lettres d’un nom, entrelacées en un seul caractère.
(chiffre : entrelacement de lettres initiales).
  

Marque de manufacture de tapisseries

Marque de manufacture dans la bordure d’une pièce de la tenture de l’Histoire de Pompée, seconde moitié du XVIe siècle, Château de Cadillac.
Photo : Pascale Lemaître / Centre des monuments nationaux

  

9.  HÉRALDIQUE, de heraldus, transposition de héraut « chef d’armée », est un adjectif qui signifie « relatif au blason ». Comme nom féminin, il désigne la connaissance des armoiries (« ensemble des emblèmes d’une famille noble, d’une collectivité »), et aussi l’art relatif aux armoiries.

« Les murs étaient tendus de tapisseries et décorés de nombreux trophées héraldiques (…) » (Baudelaire, Trad. E. Poe, Nouvelles histoires extraordinaires)
  

Scène champêtre aux armes et devise de Rigaud d'Aureille, détail

Scène champêtre aux armes et devise de Rigaud d'Aureille, détail. Château de Villeneuve-Lembron.
Photo : David Bordes / Centre des monuments nationaux

  

Ce lexique vous est proposé en partenariat avec les éditions Le Robert.